ccnf-logo

titre-imgQualité des milieux

Le diagnostic des rivières

Un diagnostic hydromorphologique des cours d'eau a été engagé à l'échelle du bassin versant afin de caractériser la qualité des milieux aquatiques, en étudiant la qualité des berges et sa végétation (ripisylve), la qualité du fond des cours d'eau (granulométrie), la diversité des faciès d'écoulement (alternance de radiers , plats, mouilles ...) la connexion du cours d'eau avec des zones humides, les freins au libre écoulement de l'eau.
Il s'avère que la dégradation des lits, des berges et des ripisylves atteint 60% à 70% des linéaires de l'ensemble des cours d'eau du bassin.

La qualité paysagère du bassin versant

Retour au sommaire

Les espèces protégées

Plusieurs espèces animales rares et protégées sont présentes sur le bassin versant et certaines d'entre elles sont inféodées aux milieux aquatiques dont elles ont besoin pour accomplir leur cycle de vie. Parmi celles-ci, des espèces emblématiques peuvent être citées :
- L'écrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes), dont seulement deux populations relictuelles subsistent sur le bassin versant ;
- L'agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) et l'agrion orné (Coenagrion ornatum), petites libellules (demoiselles) bleues qui fréquentent les cours d'eau ou fossés à très faible courant d'eau, avec une végétation aquatique assez développée et un ombrage très limité. La région Bourgogne a une responsabilité forte vis-à-vis de la préservation de l'agrion orné dont la répartition française se limite principalement aux départements de la Nièvre et de la Saône-et-Loire ;
- La Leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis), libellule présente uniquement sur certaines mardelles forestières de Prémery, où l'on retrouve également des amphibiens tels que le Triton crêté (Triturus cristatus) et le Triton marbré (Triturus marmoratus) ;
- La Cigogne Noire (Ciconia nigra), espèce forestière nicheuse sur le bassin versant et qui se nourrit préférentiellement de poissons dans des ruisseaux ;
- Le Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata), amphibien qui a la particularité de fréquenter des ornières forestières, mais aussi des suintements, des prairies humides, des mares et des ruisseaux ;
- Le castor d'Europe (Castor fiber), présent sur l'ensemble du bassin versant et dont les populations semblent avoir progressées ces dernières années ;
- La Cistude d'Europe (Emys orbicularis), tortue d'eau douce qui a été découverte sur l'aval du bassin versant, qui fréquente les zones boueuses, telles que les étangs dont elle profite des digues pour se chauffer au soleil.
L'instauration d'une Réserve Naturelle Régionale sur les Mardelles forestières de Prémery permettra d'engager des actions en faveur d'espèces animales ou végétales rares. Le bassin versant de la Nièvre est également concerné pour le sud-est de son territoire par la zone Natura 2000 des Amognes ; ce site prend particulièrement en compte la préservation de la Cigogne noire, de l'écrevisse à pieds blancs et du Sonneur à ventre jaune.

Retour au sommaire

Les espèces exotiques envahissantes

L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature définit une espèce invasive comme « une espèce qui, s'étant établie dans un nouveau domaine géographique pour elle, y est un agent de perturbation et nuit à la diversité biologique. ».
Sur le bassin versant, plusieurs espèces animales et végétales répondent à cette définition dont les renouées asiatiques pour la flore, les ragondins et les écrevisses américaines pour la faune. Elles peuvent être vecteurs de maladies (aphanomycose ou peste de l'écrevisse, leptospirose), concurrencer nos espèces indigènes, homogénéiser les habitats naturels.
Les moyens actuels de lutte contre ces espèces permettent au mieux de contenir leur progression.

Retour au sommaire

La régulation des populations de ragondins et de rats musqués sur le bassin versant

Un programme de régulation des populations de ragondins est instauré à compter de 2016 dans le cadre de la mise en œuvre du Contrat Territorial des Nièvres. La FREDON de Bourgogne est chargée de la coordination de cette opération, en mettant en place et en assurant le suivi du réseau de bénévoles intervenant dans la lutte.

Pourquoi réguler les populations de ragondins et de rats musqués ?
Le Ragondin (Myocastor coypus), tout comme le Rat musqué (Ondatra zibethicus), est un animal aquatique invasif originaire d’Amérique du Sud, qui s’est très bien et vite acclimaté à nos régions tempérées, au point d’envahir les cours d’eau, chenaux et étangs. Ses populations, au développement exponentiel du fait de l’absence de prédateurs naturels, engendrent de nombreuses nuisances pour l’Homme et l’Environnement.

En effet, ce rongeur véhicule plusieurs zoonoses, maladies animales transmissibles à l’Homme et aux animaux domestiques, dont la leptospirose. Plusieurs cas de cette maladie bactérienne, parfois mortelle, sont révélés chaque année en Bourgogne. Le risque sanitaire est donc réel, sachant que la contamination peut avoir lieu par un simple contact avec de l’eau souillée par l’urine de l’animal. Chez les animaux d’élevage, elle provoque généralement des avortements et des troubles de la reproduction.

De plus, pour son habitation, le ragondin creuse des terriers dans les berges des cours d’eau ou des digues, ce qui a pour effet de provoquer des dégâts importants sur le réseau hydrographique, par les risques de fuite de lagunage, d’inondation, d’envasement des cours d’eau, d’effondrement des berges…

Par ailleurs, de par son régime alimentaire, au-delà des dégâts causés aux productions agricoles (maïs, colza, betteraves, potagers…), le ragondin peut également se retrouver à l’origine de la disparition de certains écosystèmes, perturbant ainsi l’équilibre biologique des milieux (roselières, frayères, mares, etc.) avec un impact direct sur certaines espèces animales et végétales endémiques de nos régions.
Pour toutes ces raisons, le ragondin est classé nuisible sur l’ensemble du territoire national.

Le programme de régulation des populations de ragondins et rats musqués

Un réseau de bénévoles, chasseurs, piégeurs agréés ou non, est en cours de constitution pour intervenir à l’échelle du bassin versant des Nièvres, comprenant les rivières principales et ses affluents, afin de couvrir toutes les zones du territoire et garantir un maximum d’efficacité à ce programme de régulation.

 

Carte territoire

Quatre réunions publiques d’information et de présentation du programme ont à ce titre eu lieu courant juin sur les communes de Poiseux, Dompierre-sur-Nièvre, Coulanges-les-Nevers et Saint-Benin-des-Bois.

Téléchargez le diaporama de présentation du programme

Pour la première année d’action, la mise à disposition de matériels de piégeage sera réalisée (une commande est en cours, pensez à manifester votre intérêt avant le 1er octobre auprès de l’animateur FREDON dont les coordonnées figurent sous l’article), ainsi qu’une indemnisation à hauteur de 2€ par prise prouvée pour les bénévoles n’ayant pas bénéficié d’une aide matérielle. Toutefois, le programme fonctionnant avec des enveloppes budgétaires globales, le montant de l’indemnisation pourra être réévalué selon le nombre de prises réalisées au cours de l’année sur l’ensemble du territoire d’action.

Pour davantage de renseignements, merci de contacter l’animateur FREDON en charge de ce dossier :


logo fredonAxel BARTOUT
Chargé de missions – FREDON Bourgogne
07.80.01.14.25 - 03.80.25.95.45 (secrétariat)
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Retour au sommaire

Mentions légalesPlan du siteCréation Magiris • ©Bassin versant des Nièvres